Chronique Orob - Into The Room Of Perpetual Echoes (2013)

Publié le par Sebmetal

OrobInto The Room Of Perpetual Echoes

Style : Black Metal Progressif

Label : /

Sortie : Novembre 2013

 Ah le black metal, style qui divise pas mal, certaines personnes ne jurent que par ça, d'autres ne cessent de cracher dessus. C'est con à dire mais il y a du bon et du mauvais comme dans tout, tout simplement... Une intro de chronique assez pourrie mais quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. On fera mieux la prochaine fois !

 Orob est un groupe qui existe depuis 2010, après un premier EP Departure, le combo revient en 2013 pour présenter son second effort Into The Room Of Perpetual Echoes. Ce disque raconte les derniers jours d'un errant tourmenté par une divinité rieuse. Différents thèmes sont abordés : la nature, le progrès, l'éloignement de l'homme par rapport à sa nature organique et enfin sa place dans le cosmos. Orob, en l'espace de six titres, montre son potentiel à proposer plusieurs ambiances : Atmosphère violente et rentre-dedans sur « The Pathway » alors qu'un titre comme « Celestial Abandon » se veut plus progressif avec des vocaux alternant entre chant hurlé et clair. Les Toulousains parviennent à captiver l'auditeur grâce à des compos vraiment bien ficelées. N'étant pas un adepte du genre je n'ai, cependant, pas décroché une seule fois à l'écoute de Into The Room Of Perpetual Echoes, au contraire il y a toujours une envie de remettre le disque pour découvrir ce que l'on a manqué ! Le seul bémol vient du son de batterie « étouffé » en retrait par rapport au reste, assez frustrant. À l'écoute de cet EP, on pense au géant Enslaved, il y a pire comme référence, non ? Loin d'être un ersatz, Orob est au début de son histoire, gageons que celle-ci sera aussi belle que celle des Norvégiens.

 Into The Room Of Perpetual Echoes est une petite pépite qui mérite que vous vous attardiez dessus, bon les mecs elle arrive quand la suite ?

https://orob.bandcamp.com/

https://www.facebook.com/orobband

 

Publié dans Chroniques

Commenter cet article