Interview Khynn

Publié le par Sebmetal

Interview Khynn

Bonjour les Khynn, merci de répondre à cette interview, pouvez-vous tout d'abord présenter le groupe ?

Sam : Math va faire en sorte de bien présenter ça (rire de Fab).

Math : Mathieu, batterie, (gros silence et rires).

Rémi : Présenter le groupe, l'historique.

Math : Rémi fait de la basse et les backing vocals, Samuel chante et joue de la guitare, Fab fait de la guitare et les backing vocals.

Sam : Sinon tu veux un truc sérieux ?

Math : Je vais laisser la parole à mes collègues parce qu'ils sont là depuis plus longtemps dans le groupe.

Rémi : Je dis la même que Mathieu.

Sam : En 2003, début du groupe, 2004 on commence à recruter des gens, 2007 on compose, 2008 démo, 2011 album, 2015 album. Là on est au dernier line-up avec Math à la batterie, Rémi à la basse, Fabien à la guitare et aux backings et Sam guitare, chant.

 On va revenir à l'ère Any Fear Calms Down, quels ont été les retours aussi bien de la part des médias que des fans ?

Fab : L'album a été plutôt bien perçu.

Rémi : Il y a eu pas mal de chroniques de faites, web et fanzines papier.

Sam : On a eu une grosse critique par rapport au chant. Ça a été la chose primordiale à retravailler pour l'album suivant. On cherchait un chanteur à cette époque, j'ai pris le relai. C'était en mode « On apprend sur le tas », il y a forcément pas mal de défauts. Après pour toutes les autres parties de l'album les retours étaient plutôt honnêtes.

Fab : Surtout qu'on est dans la catégorie Groupes autoproduits.

 Vous avez fait une tournée à travers la France avec Dharma il y a deux ans. Quels souvenirs en avez-vous. Cela vous a t'il aidé à passer un cap niveau live ?

Fab : C'est vrai que c'était un bon exercice, ça nous a fait jouer tous les soirs pendant 8 jours. Ça nous a mis en conditions de tournée, c'était vraiment intéressant !

Math : On a eu pas mal de petites anecdotes bien drôles notamment le concert à Bourges ou le côté droit de ma batterie se pète la gueule.

Fab : Tu vois le batteur, tu te retournes, y a plus de batterie, ça ressemble à un tour de magie.

Math : C'était une bonne expérience et les musiciens de Dharma sont bien cools !

 Je me souviens au Pinky bar à Nommay à la fin de la tournée je t'avais demandé « si c'était bien la tournée » et tu m'avais dit « Ouais, on picole tous les soirs".

Fab : C'est à peu près ça, c'était très compliqué physiquement.

Math : Moi j'ai pas trop picolé.

Sam : Ouais, toi tu te couchais à l'heure des poules.

Math : C'est vrai, après Paulo.

Fab : Après Paulo, Paulo c'était le chauffeur.

Khynn - Nommay février 2013.

 Paulo, c'est celui qui avait le contrat à 200 000$ pour la tournée. (Rémi ne pouvait pas être disponible pour la tournée, Paulo l'avait remplacé à la basse).

Fab : Tu te souviens du post de l'époque ! C'est un bon compagnon Paulo !

 Je suis un fou, renseigné, je joue au loto tous les dimanche je suis Khynn (jeu de mot foireux)

Rémi : ça c'est bon ça !

Math : Faut le garder !

 On va parler de 2015, votre album Supersymmetry arrive. Vous avez dévoilé deux titres, On sent que vous avez repris la recette du premier album en boostant tout. À quoi devons-nous attendre ?

Rémi : Peut-être que quand tu auras l'album tu te diras que ce n'est pas vraiment Any Fear boosté, non ?

Math : Il sera un peu différent quand même.

Khynn - Supersymmetry (2015)

 En quoi ?

Fab : Ah, il veut de l'exclu !

Math : On a tous un ressenti différent, je n'ai pas participé comme eux pour l'album. Il y a un côté plus sombre sur certains passages tout en gardant l'efficacité du précédent opus sur les passages qui thrashent bien.

Fab : C'est ça, c'est un album plus personnel.

Math : C'est Persona (titre d'un morceau du prochain album).

Fab : Les gars ça n'arrête pas. Si t'aimes, ça fait comme un album de Gojira, tu t'imagines un monde en l'écoutant. C'est l'objectif qu'on voulait atteindre. Est-ce qu'on l'a réussi je ne sais pas.

 Pour vous c'est réussi ?

Tous répondent par l'affirmative.

Quand sortira votre album ? Septembre ?

Fab : Normalement septembre.

 Est-ce que vous avez eu des contacts avec des labels ?

Fab : On n'en a rien à foutre de ça, on les emm*rde, question suivante (rires) ! C'est moins une priorité qu'avant. Si ça se fait tant mieux, signer avec un bon label et se retrouver tout en bas sans être une priorité ça ne nous intéresse pas. Il faut vraiment que le label mise sur toi à fond.

 On vous a démarché ?

Fab : Non, pas encore.

Sam : Pas en terme de label, on nous a démarché pour la promo, des techniciens pour le son, la lumière.

Fab : Boite de comm.

Sam : On n'a pas eu de démarchage de la part de label, nous ça nous va bien. Ce n'est pas notre but atterrir dans ces structures là ou on ne connait pas grand chose. Juridiquement c'est toujours un peu la merde. On a eu quelques échos qui font qu'on a encore moins envie d'aller là bas. Il faudrait vraiment qu'on ait un contrat béton. On préfère avoir des gens qui nous suivent : des techniciens (son / lights), un tourneur qui veulent s'investir et faire gonfler notre notoriété plutôt qu'un label voulant se faire de l'argent sur notre dos.

Fab : Oui c'est ça, on reste maître de ce qu'on veut faire. On bosse avec qui on veut quand on veut.

 Rémi, Mathieu, vous en pensez quoi ?

Rémi : D'accord avec Jean Pierre (avec l'accent).

Math : Je suis assez d'accord, ça ne sert à rien de signer sur un gros label pour se retrouver tout en bas sans être une priorité.

Fab : ça sert à frimer devant tes potes « On est signé chez Nuclear Blast, il se passe quoi ? Ben rien ».

Math : En terme de distribution, ça peut être intéressant, il faut voir les conditions.

Fab : Il faut plus des distributeurs, des agents de comm. S'arranger avec eux pour voir quel pourcentage ils vont prendre, ou seront distribués les cd etc. Le but c'est de ne pas être obligé de racheter tes albums comme ça arrive souvent...

 Vous avez ouvert pour Fear Factory à Besançon mercredi, racontez-nous cette journée.

Rémi : Une putain de journée, déjà comment on l'a appris. Six jours avant, Fab nous envoie un message « J'ai une putain de nouvelle, j'ai eu Sam au téléphone, réserve des créneaux tous les soirs au Bastion faut qu'on répète tous les soirs, mercredi y a Fear Factory."

Math : C'était assez inattendu.

 Vous aviez postulé comme beaucoup de groupes de la région parce que la Rodia voulait un groupe local pour faire la première partie.

Fab : Le tourneur avait choisi de prendre Butcher Babbies mais le groupe a annulé sa tournée Française. La Rodia voulait une première partie locale.

Rémi : Un truc de malade, l'accueil super, les conditions rien à redire. Un son de débile que ce soit sur le plateau ou depuis le public.

Math : Ce que je retiens surtout c'est d'avoir pu discuter avec eux et je ne m'attendais pas à ça.

Fab : Le chanteur qui a débarqué dans notre loge « Hey guys » qui nous tappe la discut' à la fin c'est cool. Il nous a dit « Khynn, my god ! » il nous a demandé quel était notre prochain concert on a dit « Pontarlier » (avec l'accent Américain) et on lui a demandé pour Fear Factory il a répondu « Wacken Open Air », chacun son truc (rires). Le chanteur a dit Pontarlier et un mec a dit « Apérroooo ».

Math : Antonin, le régisseur de la soirée.

Rémi : Bien cool Antonin. Tout était énorme.

Sam : On a apprécié le fait qu'il y ait eu pas mal de public, 20h30 c'était tôt.

Math : J'ai entendu « Suce ma b*te blondasse, c'est mon colloc' »

Fab : "Axel Rosette".

Math : Je me suis fait pourrir la gueule, c'était cool !

 Une très bonne soirée en somme !

Math : On a eu de bons retours sur ce live.

Fab : Les gens ont bien apprécié, on ne s'attendait pas à faire aussi bien.

 Pour vous avoir vu plein de fois, c'était vraiment bien. 40 minutes très intenses avec des nouveaux morceaux. J'ai eu un moment de solitude pour Mathieu au début lorsqu'il était seul sur scène.

Sam : C'était génial !

Fab : Nous on se regardait, j'attendais que Rémi aille pour partir en même temps et lui attendait la même chose. Mathieu mettait les coups de cymbales pendant ce temps là.

Rémi : Faut qu'on bosse ce genre de chose.

Math : J'ai fait 2h d'intro c'était cool ! Je me sentais un peu seul quand même.

Rémi : Voir Fear Factory sur le côté c'était impressionnant ! (Tous sont d'accord pour dire que c'était énorme.)

 On parlait de Dharma tout à l'heure, est-ce que vous allez partir en Europe de l'Est ?

Fab : C'est faisable.

Sam : On a gardé le contact, on va les relancer. Elle chante sur un titre de notre album.

 Sam, tu vas chanter sur un titre de Dharma ?

Sam : Je l'ai déjà fait sur la tournée de 2013, sur album je ne sais pas.

 Ça vous botterait de tourner en Europe de l'Est ?

Fab : Il y a éventuellement des plans, en Hongrie, en Allemagne, la chanteuse habite en Allemagne. La Pologne et peut-être la Belgique. Rien de concret pour le moment.

 Oui et il faut pouvoir vous libérer au niveau du boulot pour partir en tournée pendant plusieurs jours.

Rémi : La tournée de 2013 m'est passée sous le nez.

 Y'avait Paulo avec son contrat à 200 000$ pour te remplacer.

Rémi : Oui, depuis il est parti au Brésil, il s'appelle Paula (rires).

 Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Math : Un gros « Merde ».

Fab : Grossir encore.

Rémi : Que Supersymmetry soit pour nous une rampe de lancement.

 Oh c'est beau ça.

Sam : ça a fait de l'effet en tout cas.

Rémi : C'est là que tu peux rajouter, vous pouvez le précommander dès ce soir.

Fab : Pas sur Internet pour le moment mais ça va arriver.

 L'album sort au mois de septembre donc.

Rémi : Toujours enregistré, mixé et masterisé à Montpellier au Tower Studio. Visuel toujours par Strychneen Studio (Dagoba, Klone, Hacride).

 Merci à vous ! Bonne continuation et bon concert pour ce soir !

Tous : Merci à toi.


(Petite photo souvenir juste après l'interview réalisée à Pontarlier, juillet 2015)

http://www.khynn.net/

https://www.facebook.com/khynn?fref=ts

Khynn - Persona tiré du prochain album de Khynn Supersymmetry

Publié dans Interviews

Commenter cet article