Parkway Drive Eurockéennes - Belfort, juillet 2015

Publié le par Sebmetal

  S'il y a bien un festival phare en Franche Comté il s'agit des Eurockéennes. Ma dernière édition remonte à 2009 et j'avoue porter un intérêt moins grand même si l'affiche comporte toujours des groupes à (re)voir. Cette année les Australiens de Parkway Drive étaient de passage. L'occasion était trop belle d''enfin voir ce qui se fait de mieux dans le metalcore. Départ en fin de matinée avec Math et Côme. Nous avons vu quelques groupes, connaissant trop peu je peux seulement vous dire que Die Antwoord était attendu, a mis le feu et que je suis resté totalement hermétique à ce mélange rap / wave electro... Sting, lui, a été impérial. Ce monstre sacré a enchaîné les morceaux avec classe interprétant aussi bien des morceaux issus de sa carrière solo que des tubes de The Police, respect ! Les Eurocks c'est l'éclectisme avant tout ! Arrivé sur place assez tôt nous faisons le tour du site et il faut avouer qu'il n'y a pas grand chose à reprocher, points d'eau nombreux, site bien aménagé et scènes relativement proches les unes des autres. Tout a été conçu pour le bien être du festivalier.

 16h45, on se place plein centre devant la Main Stage avec une bonne boisson fraîche, la demi heure qui suivra sera particulièrement longue. La décor de scène est bien fourni, en dehors du traditionnel backdrop il y a des bidons, des pneus et différents éléments dont je n'ai pas toujours pas compris la présence, si quelqu'un a une explication je suis preneur. 17H14, un guitariste arrive et commence à jouer « Wild Eyes », le public reprend en choeur et c'est parti pour une heure de metalcore de haute volée. Si nombre de groupes affichent des airs de « méchants », Parkway Drive inspire un capital sympathie indéniable. Mené par Winston McCall qui impressionne grâce à son énergie, son charisme et son sourire, Parkway Drive a montré en l'espace d'un morceau que son statut de leader est amplement mérité. Enchaînement avec « Carrion » avec des spectateurs aux anges, les gars s'amusent sur scène, courent et affichent un smile radieux. Les jeunes devant s'éclatent, ça slamme, pogotte tandis que nous profitons du show. La setlist pioche dans les hits du groupe même si un « Boneyards » aurait été ultime. Nous aurons droit à « Vice Grip », titre issu du prochain album Ire qui sortira à la rentrée ainsi qu'une reprise de Rage Aginst The Machine excellente. C'est sur les tubesques « Deliver Me » (puta*n je l'ai enfin vu de mes propres yeux !), « Idols And Anchors » et « Homeless Is For The Heartless » que le public sera le plus réactif. Si le chanteur maîtrise peu le Français et se contente à de multiples reprises de dire « Merci beaucoup » on sent une sincérité évidente. L'échange entre le public et le groupe est juste beau à voir. Le son était excellent ce qui n'est pas souvent le cas dans le cadre d'un festival en Open air,. À noter que le groupe était en dédicace moins d'une heure après et que ce sont des mecs adorables ! L'un des concerts de l'année assurément !

Setlist Parkway Drive : Wild Eyes / Carrion / Karma / Dark Days / Deliver Me / Sleepwalker Vice Grip / Idols And Anchors / Bulls On Parade (Rage Against The Machine cover) / Swing / Home Is For The Heartless

(Petite photo souvenir lors de la dédicace de Parkway Drive, avec Winston McCall à gauche et Côme)

 Une journée ensoleillée et une grosse claque de la part de Parkway Drive, que demander de mieux ?

Publié dans Reports

Commenter cet article