Gojira - From Mars To Sirius (2005)

Publié le par Sebmetal

La section « Remember » comme son nom l'indique est destinée à se souvenir d'un événement, d'un concert ou bien encore d'un album marquant... Le premier article racontait mon premier concert, dix ans jour pour jour après la date de celui-ci. Ce second billet vise à vous parler de l'album From Mars To Sirius de Gojira sorti en 2005. Gojira est un groupe qui a vu le jour à Bayonne il y a presque 20 ans. Il y a une décennie, avec deux albums Terra Incognita et The Link ainsi qu'un live The Link Alive les Landais se sont fait un nom au sein de la scène Française. On dit souvent que le troisième disque est celui de la maturité, est-ce le cas pour From Mars To Sirius ? Après deux opus de death metal technique leur ayant permis de tourner, Gojira signe en 2005 avec le label Mon Slip. Mon Slip ? Non non ce n'est pas une blague, il s'agit du label des Têtes Raides ! La pochette montre une baleine volante avec deux planètes. Diamétralement opposé à ce qui se fait d'habitude dans le metal dit « extrême » l'artwork simple, sans être simpliste contraste parfaitement avec l'imagerie souvent utilisée dans le metal. À noter que, à part la photographie de Terra Incognita prise par Gabrielle Duplantier, chaque artwork de Gojira a été réalisé par Joe Duplantier lui-même.

 Enregistré au studio des Milans le son conféré à From Mars To Sirius est juste énorme et cela se ressent dès les premières notes de « Ocean Planet », Si on peut continuer d'apparenter Gojira à du death metal il est évident qu'un pas a été franchi et que le style se veut plus « moderne », plus « progressif ». Il existe plusieurs milliers de chroniques à propos de ce disque et ce qui suivra n'apportera aucune nouveauté mais revenons à nos baleines (foireux ? Oui, tant pis j'avais envie !). Le chant de Joe est reconnaissable entre mille et celui-ci a encore progressé. Les riffs se montrent tantôt entêtants, ah « Global Warming », tantôt dévastateurs, « Backbone ». Gojira prend le temps de poser des atmosphères, il suffit d'écouter l'interlude « Unicorn » placé en quatrième position pour s'en rendre compte. Terra Incognita et The Link avaient chacun des temps forts, sur From Mars To Sirius tout s'imbrique parfaitement et chaque titre est indispensable. Parlons à présent de Mario, jeune batteur, celui-ci montre l'étendue de son talent, alternant double pédale « From The Sky » et moments de finesse l'intro de « Flying Whales ». La douceur de « From Mars » côtoie la puissance de « To Sirius », deux morceaux qui s'enchaînent admirablement dans la mesure où ces pistes ne pourraient en former qu'une, nul doute que tout a été écrit en même temps. Les thèmes abordés sont nombreux et les groupes traînant de problèmes environnementaux, d'écologie se font plutôt rares. En dehors de ça, Gojira invite l'auditeur à réfléchir, à se remettre en question, la spiritualité est omniprésente chez les Landais. Avec ce troisième album, le « petit » groupe du sud ouest de la France a sorti un album majeur.

Tracklist : 01-Ocean Planet / 02-Backbone / 03-From The Sky / 04-Unicorn / 05-Where Dragons Dwell / 06-The Heaviest Matter Of The Universe / 07-Flying Whales / 08-In The Wilderness / 09-World To Come / 10-From Mars / 11-To Sirius / 12-Global Warming

 Après cette brève chronique, parlons un peu de l'impact de cet album au sein de la scène metal. Une formation pour promouvoir son dernier disque se doit de tourner, chose qui a été faite de manière professionnelle. Gojira s'est produit un peu partout en France et a pu donner des concerts à l'étranger. Je me souviens d'un article de l'époque racontant un concert en Angleterre, ils avaient délivré, comme d'habitude, une énorme prestation dans un club. Moins de six mois après Gojira se produisait au Download Festival en 2006. Un pas de géant pour un groupe Français voici un article tiré d'un hard N Heavy de 2006  : «Le 9 juin dernier, Gojira se produisait au Download Festival, devant 18 000 personnes. Pléthore de stars étaient présentes sur le bord de la scène (Dez de Devildriver, Gene Hoglan de Strapping Young Lad...) et n'en sont pas revenues. À 15h35 exactement, Richard, le manager du groupe, nous appelait à la rédaction pour nous faire écouter en direct live la demi-heure de concert des Français. Trente minutes plus tard, nous n'en croyions pas nos oreilles, émus dans les bureaux de la rédaction, d'entendre l'ovation que le public réservait au groupe. Et puis nous avons raccroché .»

 Ceci est un exemple parmi tant d'autres, de plus en plus gros sur les affiches de festival, Gojira part pour la première fois aux USA fin 2006. Ils y sont retournés à plusieurs reprises et depuis The Way Of All Flesh peuvent tourner en headliner à l'autre bout du monde. Gojira a les faveurs de Metallica et a eu l'opportunité d'ouvrir pour eux aux USA, en Europe de L'Est, au stade de France à Paris... Fer de lance du metal Français, Gojira a prouvé au monde entier que le travail payait et que quatre petits mecs pouvaient faire quelque chose de grand. Il y a toujours eu des groupes talentueux dans notre pays et l'un d'entre eux s'est imposé. Dix ans après, Gojira a, désormais, cinq albums et deux dvd.

 From Mars To Sirius est leur album charnière et nul doute que « Backbone », « Flying Whales » et « The Heaviest Matter Of The Universe » ne bougeront plus de la setlist type. À chaque live, ces titres me transportent et mettent K.O le public. C'est un album incontournable et je vous le recommande vivement, Il ne plait, et plaira, peut-être pas à tout le monde mais le travail accompli dessus est titanesque et l'énergie est telle qu'il vous faudra le découvrir si vous êtes passés à côté (est ce possible ?). Difficile d'en parler tant tout se bascule dans ma tête mais si vous avez lu cet article, merci !

Gojira - To Sirius

Publié dans Remember

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article