Sylak Open Air - Saint-Maurice-de-Gourdans, août 2015 (2eme partie)

Publié le par Sebmetal

,

Dimanche 9 août 2015

 Le réveil est un peu plus difficile que la veille, il ne fait pas super chaud dans la tente et on entend la pluie. Aïe, pourvu que la journée ne soit pas trop pourrie car ce dernier jour du Sylak est celui qui propose le plus de groupes intéressants ! Après avoir pris un déjeuner express (merci encore Eric !) il est temps d'aller voir des concerts dès l'ouverture !

 

 It Came From Beneath ouvre les hostilités, le deathcore n'est pas mon style de prédilection mais certains groupes me motivent bien. Les Lyonnais jouent, presque, à domicile et commencer aussi tôt ne les a pas empêché de délivrer une solide prestation, de la brutalité à l'heure de la messe, pourquoi pas après tout !

 

 Hysteria et Misanthrope donneront ensuite de bons concerts, si l'un officie dans un Thrash / Death classique l'autre est plus difficile à classifier. Ces formations Françaises ne déméritent pas mais mon attention se portera plus sur l'ambiance et ce qu'il se passe autour de moi. Oui, un petit passage à vide comme ça peut arriver parfois !

 

 Pause repas au camping avec Cédric et Eric, merci encore à ce dernier pour ces bonnes victuailles permettant de reprendre du poil de la bête avant d'affronter du très lourd !

 

 Si « les petits enfants qui ont bien travaillé ont le droit à des petits gâteaux à tout moment du tantôt » nous avons droit à du Brutal Death Brésilien à l'heure du goûter ! Oui, Krisiun est bien présent au Sylak, de quoi ravir la frange la plus bourrine des festivaliers. Cinquante minutes qui passeront en un éclair. Ces trois frères n'ont rien à voir avec les Inconnus, puta*n si c'est drôle... Le brutal c'est bien et quand il est parfaitement exécuté c'est jouissif ! La pluie n'empêchera pas les gens d'headbanger et de s'éclater. Une grosse claque !

 

  Pas de Death Angel car je recherche quelqu'un du net pendant tout leur set qui, finalement, ne s'est pas rendu au festival, grrr. First Blood a donné un gros concert la veille, voyons voir à présent qui sont les patrons ! Je parle évidemment de Madball, en quelques instants les Américains ont tout pulvérisé, ça headbangue non stop et les moshers sont aux anges. Première fois que je les vois (il était temps) et j'ai pris un pied monstrueux. Titres interprétés ? Aucune idée, juste des parpaings dans la gueule ! De l'émotion car je pense à notre ami Julien qui nous a quitté en ce début d'année, t'aurais aimé les revoir une énième fois man !

 

 La frange la plus bourrine du public, dont je parlais tout à l'heure, a droit à une deuxième salve avec Kataklysm. Alors oui l'accent Québécois peut prêter à de nombreux quolibets et sourires mais une fois la machine lancée ça poutre ! L'échange entre groupe et festivaliers est beau à voir, oui on peut parler de beauté, même dans le metal extrême !

 

 Dark Tranquillity, LE groupe que je voulais revoir ce dimanche. Disposant d'une heure de jeu, il est difficile pour une formation de cette ampleur de faire une setlist pouvant contenter tout le monde. Il me semble qu'aucun titre de Damage Done n'ait été joué ce soir, mais *rde quoi « Final Resistance » et « Damage Done » ont leur place dans un set festival, non ? Les Suédois sont bons mais ont déjà montré de meilleures choses, peut-être que j'en attendais trop... Certains morceaux me rendront totalement dingues : « The Science of Noise », « Misery's Crown » et « Thereln » qui verra des spectateurs danser un slow en ce dimanche soir. Malgré un son pas toujours top et un groupe en pilotage automatique on retient essentiellement le bon. Mikael Stanne, chanteur, est vraiment impressionnant de par sa voix, son énergie et son enthousiasme.

 

 Epica est la tête d'affiche, malgré une fanbase importante il y a moins de monde pour eux que pour les deux précédents groupes. La pluie y étant certainement pour quelque chose je reste quand même l'intégralité du concert. Pas ce que je préfère mais il faut avouer que c'est ultra professionnel.

 

 Juste après les Hollandais, l'organisation monte sur scène avec des techniciens, des bénévoles pour faire un discours pour nous parler de l'implication de chacun pour que cet événement soit une réussite. C'est tout bête mais vraiment cool de prendre le temps de se présenter et de montrer tout le travail qu'il faut accomplir pour un tel projet.

 

 Retour, ensuite, au camping pour des discussions plus ou moins philosophiques, difficile de se coucher, les gens préfèrent passer un dernier moment ensemble avant de se coucher... Le lendemain fut difficile car partir après de tels moments est toujours frustrant...

 

 Points forts du Sylak :

-Programmation variée.

-Prix attractif

-Un festival à taille humaine

-Une organisation irréprochable aussi sympathique que professionnelle.

-À titre personnel c'est le festival dans lequel je me suis le plus éclaté !

 

 Points faibles du Sylak :

-Je cherche encore, si des conn*ds de pickpockets qui ont détroussé plusieurs personnes et leur ont pourri le festoche. Identifiés rapidement ils ont été remis à la police.

-C'est tout...

 

 Cette cinquième édition du Sylak aura tenu toutes ses promesses, un festival qu'à mon tour je vous recommande. Rendez-vous l'année prochaine à Saint-Maurice-de-Gourdans et encore merci à Roux de m'avoir offert la place pour mon anniversaire, c'est trop mec !

Publié dans Reports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article