Chroniques Make Me A Donut (2011-2015)

Publié le par Sebmetal

 Chroniquer un album est long et difficile, c'est un exercice qui demande du temps aussi bien pour écouter que pour rédiger son point de vue. Si vous parcourez ce blog vous vous êtes, certainement, rendus compte que les articles de ce type ne sont pas très longs. À l'occasion de la sortie du nouvel album de Make Me A Donut j'ai décidé de chroniquer les trois disques du groupe de manière concise. S'appeler Make Me A Donut laisse présager du pire, or la formation Suisse depuis sa création en 2010 a sorti un EP, deux albums et a donné une bonne centaine de concerts en Europe !

 2011 est l'année de la sortie de l'EP éponyme de MMAD, un artwork simple, la police de Grand Theft Auto pour le nom du groupe. On a vu mieux comme pochette. Signé chez Heimatome, Make Me A Donut veut tenter de se faire une bonne place au sein des bons groupes de deathcore / metalcore. Lorsqu'on connaît le succès de ces styles, y parvenir relève de l'exploit !

 Tout commence par « Drawing The Apocalypse », introduction efficace combinant, habilement, dubstep et grosses guitares, premier featuring Shake It Maschine. « This Voice » est un titre percutant même si les claviers sont peut-être trop marqués, deuxième featuring avec les copains du groupe en backing vocals à la fin du morceau. Troisième featuring sur la troisième piste Damien Gans d'Abstract Reason, « The Final Exile » est un gros parpaing. « Pretty Girl » fait figure d'ovni, avec son intro au piano et un chant rappé dessus, c'est entraînant et bien fait. « A New World Order » propose du breakdown et différentes ambiances. Verdict, des morceaux bien différents les uns des autres avec des points originaux. Enregistré par Johann Meyer l'écoute de cette galette (et non un donut) passe bien.

 Même si ce disque est loin de révolutionner le genre, cet EP est bon, surtout pour des gamins qui avaient moins de 20 ans à l'époque, oui il faut toujours replacer les choses dans leur contexte !

 2013 est une année importante pour Make Me A Donut, son premier album sort chez Tenacity Music. Les petits Suisses ont bouffé des kilomètres, fait plusieurs concerts et veulent montrer qu'ils ont quelque chose de sérieux à proposer. La pochette d'Olson reprend le nouveau logo du groupe, un artwork sobre signé Effy.

 Concernant la musique, ce qui nous intéresse rappelons-le, un cap a été passé. Enregistré, mixé et masterisé par Vladimir Cochet au Conatus Studio, Olson dispose d'un très bon son mettant en valeur les nouveaux titres. Exit le metalcore / deathcore de base, MMAD offre des morceaux plus variés avec une pointe djent ici, une touche prog' par là. On notera des changements de tempos plus nombreux (ah cette accélération sur « Nemesis »), une plus grande diversité dans le chant, un niveau technique plus important que sur l'EP et des compositions plus complexes que dans le passé. Les ambiances sont, remarquablement, travaillées alternant lourdeur « Baseness » et évasion « Olson ». Aucun guest, seulement le groupe et ses instruments. Make Me A Donut a grandi et si les influences se font sentir, il est indéniable que l'album dispose de sérieuses qualités pour se faire une place au sein de votre discographie.

 Olson marque une étape clé pour tout groupe, le premier album. Celui-ci est réussi, Make Me A Donut n'est pas une blague contrairement à ce que de nombreuses personnes pensent.

-

 2015, cinq ans après ses débuts, Make Me A Donut sort un deuxième album toujours chez Tenacity Music, l'artwork est moins sombre que le précédent, il est signé Effy encore une fois.

 Bright Side, le nouveau disque, continue dans la voie amorcée par Olson, Make Me A Donut se détache davantage de la scène « core » même si le chant reste dans cette mouvance. Tout sonne plus progressif, plus limpide, plus clair, plus évident alors que les morceaux sont loin de l'être. Le niveau technique est affolant et les deux nouvelles recrues, un guitariste présent au début de l'aventure qui est revenu et un vocaliste, apportent une plus-value indéniable au groupe. Les solos de guitare sont brillants et le chant est encore plus impressionnant que par le passé. La section rythmique amène ce nouvel opus à un niveau supérieur, celle-ci est bluffante ! Ce duo basse/ batterie est d'une efficacité rare et va au delà du metal dit « traditionnel », remarquable... Enregistré, une nouvelle fois, au Conatus Studio cet album est une pépite qui nécessitera de nombreuses écoutes au vu de sa richesse. À noter le featuring de Courtney LaPlante de Iwrestledabearonce sur le morceau « Bright Side ». Un sans faute qui laisse présager un bel avenir pour les Suisses.

 Bright Side est un album incontournable que je vous conseille vivement, une petite perle à posséder absolument.

 Make Me A Donut, en cinq ans a réalisé de très belles choses, le groupe a sorti des disques de qualité et si le troisième album suit les traces de Bright Side cela risque de faire très mal. MMAD se professionnalise et offre aux spectateurs d'excellentes prestations scéniques. Une formation à suivre et à soutenir.

https://www.facebook.com/makemeadonut/

http://www.tenacity-music.com/

Make Me A Donut - Olson

Make Me A Donut - Erratic

Publié dans Chroniques

Commenter cet article