Nostromo + Gojira - Nancy, janvier 2017

Publié le par Sebmetal

 Lorsque l'on demande au metalleux moyen quel est le plus gros groupe Français il répond Gojira. Les Landais, depuis 1996, n'ont cessé d'impressionner à la fois les autres groupes et les spectateurs à travers le monde. Auteurs de plusieurs albums et lives il n'y a plus à présenter le phénomène qui a su conquérir le monde entier. Arrivés sur place en début d'après midi pour un Meet & Greet qui ne tiendra pas ses promesses, nous avons bien le temps de patienter avant le concert qui affiche complet. À Nancy, 1 300 personnes ce soir assisteront à la première date de la nouvelle tournée de Gojira. Pour les dates Françaises Nostromo assure la première partie.

 Ce groupe mythique Suisse avait splitté en 2005, onze ans après le combo Genevois se reformait. Dire que cette formation est attendue relève de l'euphémisme dans la mesure ou la salle est bien remplie alors que le set n'a pas encore commencé. Avec un style lorgnant aussi bien dans le hardcore que dans le grind, Nostromo fait dans la violence et l'efficacité. Pas le temps de niaiser, les quatre mecs sont là pour nous en foutre plein la gueule sans temps mort. Mission accomplie avec brio par cette formation culte, foncez les (re)voir si le chaos ne vous fait pas peur, il y a peu de chances que vous le regrettiez !

 Onzième concert de Gojira auquel j'assiste depuis 2005, le dernier remontait à fin 2012, il faut dire que L'Enfant Sauvage m'avait laissé indifférent et que je n'avais pas jugé utile de m'acharner à les voir dès que c'était possible. C'est sans attente particulière que ce concert se présente alors que l'immense majorité des spectateurs scande le nom du groupe. Posons les choses de manière claire et concise, Gojira pulvérise 90% des groupes de metal sur scène. Les années de tournées ont fait de ce groupe une véritable machine de guerre. Au niveau prestation il n'y a rien à redire, concernant le lightshow et le son, c'est un sans faute également. Pendant 1h30, rappel compris, Gojira enchaîne les morceaux, six tirés de Magma, trois de The Way Of All Flesh, trois de From Mars To Sirius vous vous rendez compte qu'il reste peu de place pour le reste de la discographie. On regrette, forcément, le manque de surprise au niveau de la setlist. Revenir en France était l'occasion idéale pour rejouer une ou deux raretés jouées, seulement chez nous, il y a une quinzaine d'années par exemple. Le dernier disque est logiquement mis en avant pour le plus grand bonheur de beaucoup, personnellement j'ai décroché à plusieurs reprises malgré un réel soin apport aux différentes atmosphères. La triplette issue de From Mars To Sirius « Backbone », « Flying Whales » et « The Heaviest Matter Of The Universe » ou bien le monstrueux « Wisdom Comes » me rappellent pourquoi j'aime ce groupe et comment celui-ci m'a aidé à m'orienter vers une musique plus extrême. Si la salle est comblée je reste sceptique, oui Gojira est un monstre mais il l'est déjà depuis très longtemps et j'ai le sentiment qu'ils n'arriveront plus à me trouer le cul comme ils l'ont fait par le passé. Cette sensation d'avoir vu mieux avant est terriblement frustrante. Je parle parfois du manque de spontanéité, Gojira n'y échappe pas et c'est bien dommage. Ce fut, néanmoins, un très grand concert que chaque combo rêve de faire un jour mais lorsqu'on a une telle aura l'attente est encore plus importante...

Setlist Gojira Only Pain / The Heaviest Matter Of The Universe / Silvera / Stranded / Flying Whales / The Cell / Backbone (avec outro de Remembrance) / Terra Inc. / Wisdom Comes / Drum Solo / The Shooting Star / Toxic Garbage Island / Pray Rappel Oroborus / Vacuity

 Une affiche cohérente, une salle remplie, de la sueur et des sourires, n'est-ce pas ça le plus important ?

 

 

Publié dans Reports

Commenter cet article