La Guerre Du Son - Landresse, juillet 2017

Publié le par Sebmetal

 Samedi 15 juillet, je décide d'aller à la Guerre du son au dernier moment...

 Bukowski finit son concert sur un gros braveheart lorsque j'arrive, dommage ça avait l'air de poutrer pas mal !

 Place à Tagada Jones, l'une des plus grosse formations Françaises de Punk / Rock. Depuis plus de 20 ans les Rennais ont sorti 9 albums, tourné dans 25 pays et donné la bagatelle de 1 800 concerts ! Un festival est toujours l'occasion de découvrir en live des formations qui ne nous intéressent pas plus que ça. Une bonne surprise même si j'avoue avoir décroché à la moitié du set ! Tagada Jones délivre une prestation irréprochable et sait motiver le public qui le lui rend bien. Ils seront avec Ultra Vomit en janvier prochain à Besançon, nous verrons ce que donne le groupe en salle.

 Eluveitie fait office de tête d'affiche de la soirée. Depuis une dizaine d'années les Suisses écument le monde entier, sortent des albums, sont signés chez Nuclear Blast et sont une référence pour beaucoup dans le folk metal. Personnellement ce style me laisse totalement hermétique et j'ai réussi à esquiver, avec brio, plusieurs de leurs passages en festivals. Mais ce soir, oui ce soir c'est décidé, je regarde tout avec objectivité. Hé ben putain... Je me suis rarement autant ennuyé à un concert, le groupe est en pilotage automatique et les festivaliers ne réagissent quasiment pas. Si le professionnalisme est indéniable le concert manque cruellement d'énergie, ajoutez un son vraiment brouillon et vous obtenez un live sans saveur...Eluveitie ce soir n'apas marqué les esprits, les fans ont apprécié cependant.  

 L'unique groupe qui me motivait ce soir était White Butchery, un groupe régional dont le nom revient de plus en plus souvent. Les ayant loupé à Audincourt en mai dernier lors de l'Impetus je voulais absolument les voir. Ne cherchez pas le report, j'ai fait l'impasse sur les compte rendus entre mi février et début juillet... Bon ben là on passe à un gros deathcore, il est minuit passé et le groupe n'est pas là pour jouer aux billes, Le mode Guerre est activé dès les premières secondes devant la petite scène. S'il est difficile d'innover dans le style White Butchery s'applique à nous filer la torgnole bien comme il faut. Le pit est déchaîné et il est frustrant de les voir quitter la scène au bout de 35 minutes. Une excellente découverte qui valait le déplacement, à revoir !

Setlist White Butchery Crowd Of Shadows / Elusive / Descent Of Alienation / Echoes Of A Failed Gallery / False Wrath / Mindfucked Six Feet Under / Derived From Oblivion

 Comme d'habitude le festival est très bien organisé et reste à taille humaine, l'affiche est varié0, les bénévoles irréprochables. L'ajout d'une seconde scène est un très bon point, malheureusement la Guerre du Son ne communique pas dessus (ou alors très peu) et c'est fort dommage. Les groupes qui se produisent sur cette scène n'ont même pas leurs noms sur l'affiche, pourquoi ? Rendez-vous l'an prochain au tremplin pour soutenir les groupes locaux et peut-être au festival selon l'affiche...

Publié dans Reports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article